© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

    « La formation au sein de la Fédération de Psychanalyse Intégrative (F.P.I.) s’inscrit dans un processus dynamique, elle est  en  constante évolution puisqu’elle est le fruit d’un travail permanent de réflexion dont la clinique d’aujourd’hui fait preuve (principe de réalité). Cette réflexion sur les modalités de la formation s’effectue tout au long de l’année et s’échange entre les membres fondateurs.

     

    L’hétérogénéité des références théoriques de la F.P.I. fait coexister plusieurs courants s’inspirant aussi bien de la psychologie clinique, de la psychopathologie dynamique, de l’apport de Lacan, Winnicott, Dolto, Klein et bien d’autres, de la philosophie, de l’anthropologie, de la mythologie, sur la base de la métapsychologie freudienne et celle de ses disciples.

    Elle remet cependant en question certaines positions «classiques» parfois quelque peu figées de la psychanalyse, notamment en proposant une relecture de Freud à la lumière du progrès de nos connaissances.

     

    La taille relativement restreinte de la Fédération (nombre de ses membres) et de son institut de formation permet un accompagnement et un enseignement à taille humaine, interactif, favorisant un travail responsable, soutenu et inventif. Ce travail vise à autoriser le développement de la pensée personnelle de chaque analyste en formation, sollicitant, au travers de la diversité des auteurs abordés et d’un cursus rigoureux, sa capacité à penser ses pensées dans le seul but d’accompagner au mieux l’enfant, l’adolescent, sa famille et l’adulte.

    Les questionnaires de satisfaction en fin d’année permettent de réguler les outils ou les contenus de la formation afin d’être au plus près de l’exigence à visée professionnelle pour lequel tous ces moyens matériels et humain sont mis en œuvre.

     

    Ces choix de cursus sont le fruit d’une réflexion profonde où l’analyse des conflits issus « d’anciennes fédérations » ont une même référence : celle aux diverses dimensions de l’histoire de la psychanalyse et de la question des origines, à leur devenir et leur actualisation transférentielle chaque fois qu’il y a transmission.

    En fait, tout ce qui fait référence à la formation comme dans la théorie de la cure personnelle, n’a pas comme visée unique ce qui est su d’avance (immuable).

    L’objectif de la fédération et de l’institut est de nourrir une capacité à penser qui s’enrichisse de l’expérience, qui s’appuie sur sa clinique, s’interroge par le regard contradictoire de l’Autre, se partage, en restant humble sur la question de la transmission d’un éprouvé véhiculé de manière interactive, dans une co-construction par l’échange, dans le respect de la singularité de chacun.

    Le cursus proposé de 5 années prend en compte, par la clinique d’aujourd’hui, une pensée du sujet inscrit dans des programmes neurobiologiques qui constituent son équipement.

     

    Cette « caisse à outils » ainsi nommée en séance clinique est à disposition et permet aux fonctions multiples telles que la motricité, les perceptions, aux sensorialités, à l’activité à penser et bien d’autres, d’être en interaction dans et avec un contexte environnemental qui proposera ou pas des possibilités de développement ouvrant et œuvrant aux champs de multiples causalités.

     

    Le psychanalyste, s’appuyant sur son cadre analytique, son éthique et son code de déontologie, par son attention flottante, prend en considération le sujet dans sa narration, y associe une observation particulière, et analyse avec rigueur les fonctionnements dans le registre du développement moteur, cognitif, affectif, langagier.

     

    Il tient compte des « lieux » qui conditionnent ces fonctionnements et sous tendent l’équipement structural de base, la maturation de celui-ci, l’éprouvé des sensorialités, la construction de l’image du corps, le narcissisme au regard des influences environnementales.

    Le transfert avec le patient ouvre donc à plusieurs possibilités:

    - investiguer pour comprendre le développement de la structure psychique du sujet (métapsychologie freudienne et ses successeurs).

    - identifier pour comprendre l’équipement (les outils) à disposition (déficitaire ou potentialité) au moment où le patient consulte.

    - lire la place des enjeux relationnels pour comprendre la fonction dans sa mise en place ou pas.

    Les symptômes définissent ce qui donne à voir de l’expression des troubles d’une organisation psychique à causalité multifactorielle. Cette prise en compte, cette distance, nous conduit à proposer par une alliance thérapeutique un projet thérapeutique cohérent, partagé et validé.

    La notion de psychanalyse, de psychothérapie intégrative, prend tout son sens quand elle peut  s’ouvrir à plusieurs facettes  d’un accompagnement psychothérapique : en proposant une psychanalyse de type cure analytique (sur le divan) ou une T.I.P. (Thérapie d’Inspiration Psychanalytique).

    Cela n’exclut pas pour autant d’autres niveaux d’intervention : qu’ils soient complémentaires ou indépendants, à visée instrumentale (médical, rééducation, etc.).

    Afin de répondre à cette idée du soin, du lien à l’autre, à la psychopathologie, l’enseignement à l’Institut de Psychanalyse Intégrative de Bordeaux vise à aborder, transmettre en toute humilité un sujet aussi vaste que le développement affectif, structurel et intellectuel de l’enfant, sous la forme de quelque chose de vivant, de dynamique.

    Cette transmission vit et se nourrit des transformations des connaissances, du savoir et de la pensée. De ce fait, elle évolue et se doit d’évoluer.

    Dans ce cadre, une grande importance est accordée à la psychologie du développement qui est en plein essor et, notamment, les nouvelles données disponibles dans le champ de la psychologie et de la psychiatrie du nourrisson.

     

    L’attention portée en 2ème cycle de 4ème et 5ème année sur les précurseurs corporels et interactifs de l’accès de l’enfant à la communication et au langage, conduit à approfondir nos conceptions sur le développement précoce et sur l’émergence du langage, sur le corps qui parle.

    Il semble opportun à ce jour de sortir des dogmes magistraux que certains peuvent faire de la théorie Freudienne à visée exclusive des cures types où le divan est roi, l’analyste son seigneur, et l’analysé son sujet. »

    Pascal SPITZER

     

     

    This site was designed with the
    .com
    website builder. Create your website today.
    Start Now